Dans un espace gélifié apparaissent et disparaissent des mécaniques organiques.

Cet univers de mouvement aquatique et de transparence radiographique révèle

une certaine fragilité du temps et de l'espace. Où le mouvement semble arrêté,

où la surface n'a plus de limite, où les distances s'évaporent dans un sfumato.

Ce relief émotionnel est le résultat d'un travail entamé il y a bientôt cinq ans.
La technique qui consiste à immerger différents éléments dans de la paraffine
m'a permis de traduire une impression permanente d'irréalité et d'insaisissabilité.
Ce relief irréel prend forme à travers l'opposition des parties émergées et immergées.

Le contraste entre le flou et le net impose une relecture de l'espace.

Ces formes qui semblent se dissiper dans un épais brouillard définissent le monde

tel que je le perçois. Une construction à partir d'illusions et d'interprétations

d'effets sensoriels.

Cet état est accentué par la sensation de rupture avec notre environnement naturel

qui nous contraint, en permanence, à établir de nouvelles règles avec lesquelles

il nous serait possible de contrôler notre destin. Où la fragilité de notre existence

en serait exclue. Où toute approche d'une disparition serait éliminée.

La haute température de la paraffine suivie de son brutal refroidissement,

saisit cet instant fragile. Le moment où les différents ingrédients interfèrent

entre eux est suspendu, figé, laissant place à un flottement sans frontière.

L'envie de mettre en scène cette illusion nourrit ce travail.
Construire un espace où le temps est brouillard, où l'hiver est lumière.
Illusions ou interprétations ?

 

 

 

 

 

 

L'espace dans lequel sont réalisées les compositions varie

entre 7 et 10 mm d'épaisseur. Cet espace, ou plutôt cette épaisseur

est constituée de paraffine. La particularité de la paraffine

est de rendre tout objet instantanément flou, que cet objet soit légèrement

ou totalement immergé et par opposition, de rendre net ce qui ne l'est pas.

Cet effet de contraste crée une impression de profondeur et donc une forme

d'illusion de l'espace et des distances.

Pour accentuer ce phénomène, la plaque de paraffine est rétro-éclairée

avec un caisson lumineux (visuel ci-dessous).